Et voilà encore un OS. Je trouvais le rendu meilleur en anglais, de plus, si vous ne connaissez pas bien la comédie musicale, certaines anecdotes vous seront étrangères.

Sur ce, bonne lecture !


Mes yeux son clos. Sans vie, sans me et du froid. Si froid. Les sentiments se répercutent en moi. Le profond, noir gouffre de désespoir, vague après vague, te nettoie, une tsunami sans fin de chagrin et de douleur. Il n'y a point de lumière à la fin du tunnel. Parfois, j'ai l'impression que je vois un oiseau, éclat chatoyant mais il s'éteint, se moque de moi. M'envoyant plus profondément dans les abysses, davantage que ce que je pensais possible. Quelques fois je me demande pourquoi je ne me brise pas et que je ne cède pas à ce qui est mon plus grand désir, son seul souhait. Mais je resterai forte, seulement pour le prouver à tous ceux qui n'ont jamais cru que je l'étais. C'est ma plus douloureuse peine. Savoir que ton existence ne vit seulement qu'en pensant à ton esprit ensanglanté. Même moi je sais que ce n'est pas un seul mot, bien que - est-ce pourquoi je suis venue ? Inventer des mots et avoir à écrire une lettre pour exprimer mes sentiments à mon fils. Rudolf, je m'excuse tellement, cela me fait si mal. C'est comme une dague qui me transperce et je souhaite qu'un jour tu me pardonneras. Je n'ai qu'un petit, si ce n'est aucun droit de demander quelque chose.

Une fois, tu es venu me demander de l'aide, de te rassurer et d'être pour la première fois une mère. Je t'ai tourné le dos, ne pensant qu'à moi-même dans ton plus grand moment de détresse. Quel droit ai-je ? Après avoir combattu pour t'avoir près de moi, je t'ai juste chassé comme une vieille chaussure qui ne dure pas longtemps. Beaucoup se demandent si la seule raison que je me sois battue pour toi était juste pour montrer à Sophie que j'avais le pouvoir sur tout et que je pouvais la contrler elle et ma vie. Après tout, j'avais à prouver que je n'appartiens qu'à moi-même. Parfois, quand j'arrête de courir et que je me permets de souffler, je me demande la même chose. a fait mal. Tellement. J'espère que tu pourras voir cela et que tu pourras comprendre à quel point je suis désolée, à quel point je sollicite le moindre pardon.

Je t'ai tué. Je t'ai laissé partir. Et maintenant j'ai à faire face à la souffrance. La culpabilité de savoir que je t'ai finalement assassiné. Qui sait ce qu'il s'est vraiment passé cette nuit-là ? Tout ce que je sais c'est que je t'y ai conduit, que je t'ai tourné le dos, que je t'ai laissé tomber. Et qu'il t'a clamé sien. Mes gens doivent me voir comme une forte, insensible, apathique femme maintenant, mais je n'y prête pas attention. Si je les laisse voir la vraie moi, cela ternira cette réputation, et après, où serais-je... Les douleurs émotionnelle et physique sont en train de me consumer, tout ce que j'ai s'en va aujourd'hui. Je ne peux croire personne. Je ne pourrai pas agir de la même faon que lorsque je t'avais. J'ai appris, j'ai grandi, et maintenant, je suis une mère. J'ai au moins obtenu a de toi, mon magnifique, enfant chéri. Je ne leur montrerai pas, pourquoi leur permettre de voir la réelle loi ? Ils s'attrouperaient autour de moi comme si j'étais une créature capturée par leurs soins. Ils me poseraient des questions auxquelles je ne pourrais répondre et cela pourrait être négatif pour nous deux. Chaque nuits je pleure de dormir, le seul moyen d'effacer quelques-uns de ces sentiments qui me brisent le cur. Ils m'estropient donc je ne pense qu'à toi. Je ne laisserai personne voir mes sanglots, pleurer est un signe de faiblesse. La faiblesse signifie que tu es vulnérable. Et une impératrice doit être forte, pour mener le peuple à la victoire.

Je m'excuse tant, mon courageux garon et je t'implore mon pardon. Je t'en prie, vois au travers de la prétendue, forte et froide femme qui apparat à l'extérieur de la vraie Elisabeth. Je sais à quel point nous sommes pareil, je l'ai vu chaque jour mais j'apprécie tout à propos de toi aujourd'hui, tes caprices, ton sourire, ta nature facile à vivre.

Je t'aime.

Elisabeth.


N'hésitez pas à laisser un commentaire, je le retranscrirai à l'auteur en anglais.